Arpenter les terres dans le Bilâd al-Shâm ottoman : de la parcelle à la propriété (1858-1919)

Arpenter les terres dans le Bilâd al-Shâm ottoman : de la parcelle à la propriété (1858-1919)   Par Vanessa Gueno, membre du CCMO Résumé : À la fin du 19e siècle, Istanbul entreprend l’uniformisation institutionnelle et légale de l’ensemble de ses territoires. Cette note propose d’apporter succinctement quelques éléments de réflexion sur les législations foncières nouvelles … Lire la suite de Arpenter les terres dans le Bilâd al-Shâm ottoman : de la parcelle à la propriété (1858-1919)

Parution des actes du colloque du CCMO sur les Frontières

Les frontières dans le monde arabe, Quels enjeux de pouvoir aux marges des Etats ? Orients stratégiques n°4, 2016 Dossier dirigé par Daniel Meier Au-delà de leur acception comme marqueurs juridiques de la souveraineté, les frontières apparaissent davantage comme des processus. Ainsi étendues aux limites des groupes politiques en lutte, elles fonctionnent comme des révélateurs de … Lire la suite de Parution des actes du colloque du CCMO sur les Frontières

Parution – « France Belgique – La diagonale terroriste »

Deux chercheurs du CCMO, Sébastien Boussois, fondateur du Cercle et Asif Arif, viennent de publier chez Les Éditions "La Boîte à Pandore" l'ouvrage France Belgique, la diagonale terroriste, qui nous livre des clefs de compréhension des événements tragiques qui ont frappé la France et la Belgique ces deux dernières années. Retrouvez ici une présentation de … Lire la suite de Parution – « France Belgique – La diagonale terroriste »

L’altermondialisme marocain, spécificités d’un label vieillissant

Au lendemain de la guerre froide, des analystes prédisaient l’avènement d’une ère nouvelle dans laquelle le libéralisme économique était supposé être une réponse aux maux de nos sociétés, la matrice idéologique qui s’adapte le mieux, selon eux, à la nature de l’homme. La marche globalisée de la démocratie libérale devait ainsi mettre un terme à l’histoire tumultueuse des idéologies politiques. L’homme, réconcilié avec son environnement, pouvait ainsi cesser les hostilités pour évoluer dans un monde où la contestation n’a plus raison d’être. Du moins, le pensaient-ils.