Objet de toutes les convoitises, la ville subit les effets de la guerre : elle se transforme à travers elle, s’en accommode autant qu’elle la conteste. Lorsqu’elle s’en libère, elle en est toujours changée, ostensiblement ou plus discrètement, en tout cas profondément. Projetée en dehors de la guerre, dans le temps ou dans l’espace, la ville propose une alternative et questionne sa capacité d’interface, de résilience. On y oublie la guerre, on y réinvente un semblant de paix… sans que la guerre ne soit jamais tout à fait loin.

couvertureJulie

Olivier Danino : Jérusalem dans le conflit israélo-palestinien.
Julien Salingue : Hébron : le stade suprême de l’occupation israélienne ?
Jennifer Casagrande et Antonin Grégoire : Alep, ville en guerre, urbanité en crise: de l’agora au non-lieu.
Du’a el Nakhala : Gaza, sous le mur
Ecaterina Cepoi et Marius Lazar : Bagdad, 2006-2008 : du conflit sectaire à la reconfiguration de la carte confessionnelle
Pierre-Laurent Bethmont, Julie Chapuis et Ghaleb Faour : Nabatiyeh dans les guerres, ville refuge et ville fuie
Ahmed Amrani: Bab El-Oued, victime collatérale de la guerre civile algérienne ? 10 novembre 2001, un samedi noir à Alger
Rawad Chaker et Pedro Gonçalves : Beyrouth post-guerre civile : le spectacle d’une dubaisation progressive
Sébastien Boussois : Tel-Aviv, miroir des tensions originelles de la société israélienne ou « bulle » rédemptrice ? Métaphores socio-historiques d’une ville-monde
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s