Par Manon-Nour Tannous, doctorante à Paris II et membre fondatrice du CCMO.

9782367600062FS

Nous vous présentons l’ouvrage « Où va le monde arabe? Les enjeux de la transition » ( vous trouverez toutes les informations ici)  au sein duquel Manon-Nour Tannous a publié un texte intitulé  » La crise syrienne : de la coopération à la confrontation ». Elle nous présente ici un extrait de ce texte.

Parmi les révolutions arabes, la crise syrienne est la plus susceptible de faire l’objet d’une internationalisation, et ce pour plusieurs raisons :

  • La situation stratégique de la Syrie dans la région et son implication dans les différents dossiers moyen-orientaux (conflit avec Israël, liens avec l’Iran, rôle au Liban, frontière avec l’Irak, relations avec la Turquie et les pays du Golfe…).
  • Depuis le mois de mars 2011, l’ampleur de la répression implique une réaction de la communauté internationale, que ce soit de l’ordre de la condamnation verbale, du vote de résolutions, ou de l’adoption de sanctions contre le régime. Le précédent libyen provoque, sur le dossier syrien, une grande attente, mais aussi une forte réticence de Moscou et Pékin. Du côté des opposants, l’ampleur de la répression a également fait de l’implication internationale une option souhaitable.
  • Le discours du régime lui-même joue en faveur d’une internationalisation de la crise syrienne Dès les premiers jours, il a été construit autour de l’accusation d’un complot international, qui se situerait dans la ligne de la politique américaine dans la région, visant à affaiblir l’Iran chiite et ses alliés.
  • Enfin, l’opposition syrienne ne peut s’organiser à partir d’une zone du territoire syrien qui aurait été libérée. Ainsi, le Conseil National Syrien a été créé à Istanbul, puis la Coalition Nationale des Forces de la Révolution et de l’Opposition Syrienne à Doha. Complétant celui des manifestants, le rôle de la diaspora syrienne est donc significatif notamment dans le domaine de la reconnaissance internationale.

Aujourd’hhui, la Syrie entre dans une phase où le risque d’instrumentalisation, de manipulation ou tout simplement de cristallisation des antagonismes est élevé. Nous assistons ainsi à l’enracinement des acteurs dans deux camps opposés. D’un côté, un mouvement semble se dessiner dans le sens d’une coopération régionale et internationale pour accroître les pressions contre Bachar Al-Assad et son entourage. De l’autre, un noyau de résistance, plus restreint que le noyau traditionnel, se soude autour du régime syrien. Cette redistribution des cartes dans le jeu syrien semble aller à contre-courant par rapport à l’évolution de la région, depuis le début du printemps arabe. Un sondage réalisé sur les trois premières semaines de juin 2011, dans plusieurs pays arabes (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte, Jordanie, Liban et Maroc), indique que l’opinion positive concernant le rôle de l’Iran pour la stabilité de la région a fortement diminué, de même que le soutien à la politique nucléaire iranienne. A l’inverse, le rôle turc est vu très favorablement par les personnes interrogées.

Pourtant, cette tendance ne nous permet pas de conclure sur l’aboutissement de la crise syrienne. Les hésitations, les intentions réelles des Etats ou organisations condamnant le régime syrien (souhaitent-ils vraiment une chute rapide du régime syrien ?), et les intérêts véritables des pays ou groupes le soutenant (ces intérêts sont-ils négociables ?) rendent la question syrienne extrêmement complexe. Soulèvement d’un peuple contre son régime, la révolution syrienne est également le prétexte d’une lutte entre les différents acteurs régionaux et internationaux, chacun voulant dessiner à son avantage les contours de la région. Le principal danger est que l’internationalisation observée soit synonyme d’exportation du conflit, d’ingérence de nombreux acteurs, et donc d’instabilité. La Syrie redeviendrait alors la caisse de résonance des rivalités régionales, voire internationales, qu’elle a été autrefois. Et ce au détriment des aspirations de son peuple.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s